lettre envoyée au préfet le 19/10/07 par FLE Attaque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

lettre envoyée au préfet le 19/10/07 par FLE Attaque

Message  Lucie le Mar 15 Jan - 17:33

Collectif FLE Attaque
http://metiersdufle.zeblog.com/
Contact : fleattaque2@gmail.com

Monsieur Gérault
Préfet du Rhône
106 rue Pierre Corneille
69003 Lyon


Paris, le 19 octobre 2007


Monsieur le Préfet,

Le collectif FLE attaque a pour vocation d’informer sur un métier méconnu, celui
d’enseignant de la langue française pour les publics étrangers, et de défendre les droits des
professionnels de ce secteur encore peu reconnu des institutions
Plusieurs dépêches nous informent que, dans le cadre d’un programme de préparation au
DILF à des adultes migrants, le département du Rhône s’apprête à recruter et former 137
formateurs volontaires. Ces derniers, pour la plupart fonctionnaires retraités ou en exercice,
recevront une formation de 38h visant à leur donner les connaissances et compétences
pédagogiques nécessaires pour former et évaluer des groupes de migrants primo-arrivants
signataires du CAI. Un budget de 150 000 € sera dévolu à la formation de ces futurs
formateurs volontaires.
Nous souhaitons rappeler à l’ensemble des initiateurs et acteurs de ce projet que, dans le
domaine de l’enseignement de la langue française aux étrangers migrants, des professionnels
formés et compétents existent déjà. Les professeurs de FLE (Français Langue Etrangère), FLS
(Français Langue Seconde) et alphabétisation sont formés dans des cursus professionnalisants
de niveau Bac+4 à Bac+8. Ce sont des professionnels de terrain qui interviennent tant en
France qu’à l’étranger sur diverses missions. Parmi celles-ci figure l’enseignement de la
langue française dans le cadre du Contrat d’Accueil et d’Intégration. Il existe d’ailleurs à
l’Université Lumière de Lyon un Master FLE orienté plus particulièrement vers « l’accueil et
l’intégration linguistique des publics migrants ».
Nous exprimons donc notre étonnement devant votre projet de recrutement de formateurs non
spécialistes. Nous ne comprenons pas non plus que M. Jean-Marie Besse, directeur du
DIFLES à l’Université Lyon2, ne suggère pas l’embauche et le perfectionnement de
personnels qualifiés - lui qui est pourtant familier de ces cursus universitaires. Nous sommes
enfin quelque peu surpris devant la durée de la formation proposée : alors qu’un minimum de
un an de formation théorique et pratique à temps plein (après la mention de la licence) est
requis pour le recrutement d’un enseignant de FLE-FLS sur le même type de poste, il suffirait
de 38h pour acquérir des compétences identiques ?
Nous ne mettons aucunement en cause la bonne volonté et la motivation des 137 formateurs
volontaires investis dans ce programme, non plus que le bien-fondé de ce projet de
préparation au DILF qui se conçoit comme une anticipation et un élargissement des directives
officielles. Nous aimerions seulement que soit justifié le recrutement d’intervenants extérieurs
non spécialistes, retraités ou déjà salariés, alors que des professionnels du FLE-FLS-Alpha
qualifiés et en recherche d’emploi pourraient occuper ces postes en assurant ainsi aux
signataires du CAI une formation de qualité.
Tout métier requiert une formation solide et une expérience. Pourquoi l’enseignement du
FLE-FLS-Alpha ferait-il exception ?
Le financement d’une formation de formateurs témoigne d’un souci de qualité. Pourquoi ne
pas aller au bout de cette logique en réservant recrutement et perfectionnement à la population
active du secteur FLE-FLS-Alpha, issue du parcours professionnalisant proposé par
l’université, déjà sensibilisée aux techniques pédagogiques et aux problématiques de ces
publics ? D’autant que cette population est déjà touchée par la précarité d’un secteur d’emploi
très aléatoire et par le chômage.
Nous avons reçu de nombreux courriers au sujet de ce projet, beaucoup de professeurs de
FLE-FLS-Alpha se demandent aujourd’hui quel est leur avenir si les institutions oublient
jusqu’à leur existence. Nous avons des compétences à investir dans les parcours d’intégration
des migrants ; il est important de nous en laisser l’opportunité.
Nous vous exprimons par avance tous nos remerciements pour votre attention et votre
compréhension, et espérons qu’un échange serein et constructif pourra s’instaurer très
prochainement face à ces questions.


Veuillez agréer, Monsieur le Préfet, l’assurance de notre profond respect,

Le collectif FLE attaque

PS : Nous vous informons que nous adressons également un courrier à M. Besse, directeur du
DIFLES, qui supervise le programme de formation de formateurs ainsi qu’à M. Galinier,
coordinateur du CAFOC, afin d’éveiller leur attention et d’instaurer un dialogue sur le sujet.

_________________
Lucie Jandot

Lucie
Admin

Messages : 62
Date d'inscription : 10/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://flerhone.forumsactifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum