Réponse du préfet le 22/10/07

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Réponse du préfet le 22/10/07

Message  Lucie le Mar 15 Jan - 17:38

Madame, Monsieur,

Par lettre en date du 19 octobre 2007, vous avez souhaité appeler mon attention sur la
mise en place du plan d'apprentissage du français pour les étrangers en situation régulière dans le
Rhône.


Ce plan est une réponse au diagnostic que nous avons effectué et qui a fait apparaître
le besoin qu'ont plusieurs milliers d'étrangers d'avoir accès à une formation linguistique de base. Or,
les dispositifs existants, organismes professionnels financés dans le cadre des marchés passés par
l'Agence nationale pour la cohésion sociale et l'égalité des chances (ACSÉ), et organismes de terrain
bénévoles, ne permettent pas de répondre entièrement à ces besoins.


Chacun de ces systèmes possède des caractéristiques qui le rendent indispensable.
Professionnalisme et qualité de la formation pour les organismes officiant au sein du marché,
proximité et souplesse pour les associations hors-marché.


Cependant, ils connaissent également des limites: manque de bénévoles au sein des
associations pour répondre à la demande, manque de présence territoriale au plus près des
demandeurs pour les organismes professionnels. Par ailleurs, une grande étanchéité existe
actuellement entre ces deux systèmes empêchant de pleinement profiter des atouts de chacun d'eux.


Le plan départemental d'apprentissage du français pour les étrangers en situation
régulière dans le Rhône vise à répondre à ces insuffisances. Son originalité est de faire appel à une
mobilisation citoyenne dont I'action viendra en soutien des actions bénévoles et en complément des
actions professionnelles. Les publics concernés ne sont pas les primo-arrivants mais bien les
personnes anciennement installées sur le territoire, plus particulièrement les femmes.


Les volontaires seront mis à disposition des associations en fonction de la demande de
celles-ci. Ce schéma permettra aux associations de répondre aux demandes de formation qui leur
sont adressées. La formation doit permettre aux stagiaires d'être amenés à un niveau DILF.


Cependant, la période de formation est circonscrite dans le temps. Si à l'issue de ce temps, la
personne n'a pas atteint le niveau DILF, elle sera pris en charge par une structure professionnelle.


L'objectif n'est ni de transformer ces volontaires en formateurs professionnels, ni de
substituer des volontaires aux professionnels. Il est évident que la formation que nous leur
dispenserons n'est pas conçue pour leur permettre d'atteindre la maîtrise pédagogique que confèrent
les cursus professionnalisants tels que le DIFLES ou le DIDULA, qui sont tous deux des diplômes
universitaires de niveau 2" cycle.


En effet, je vous rappelle que ces volontaires n'ont pas vocation à dispenser des cours
au-delà du niveau français grand-débutant, contrairement aux étudiants diplômés en FLE. Les
exigences en terme de besoin de formation de formateurs ne sont pas équivalentes.


Par ailleurs, je vous précise clairement que la mise en place de ce plan ne conduira à
aucune suppression de crédits versés par I'ACSE pour financer les marchés évaluation et formation
qu'elle a conclus. Au contraire, ce plan devrait conduire à une augmentation des formations
financées dans le cadre des marchés ACSE existants. Suite à la campagne de communication qui sera
lancée en novembre, un nombre plus important d'étrangers devrait demander une formation
linguistique. Cette demande croissante sera ainsi l'occasion pour les organismes de formation
dépositaires du marché national de l'ACSÉ d'augmenter leur offre de formation et d'embaucher plus
de personnes, répondant ainsi à votre préoccupation de recruter des professionnels actuellement en
recherche d'emploi.


Je tiens également à souligner que les affiches et les brochures multilingues qui seront
distribuées n'orientent les étrangers ni vers une formation professionnelle, ni vers une formation
bénévole, ni a fortiori une formation volontaire. La proximité sera le critère de direction de l'étranger
vers les organismes.


Enfin, la dimension d'engagement citoyen est essentielle pour moi. Cela m'a conduit à
faire le choix de constituer une réserve de volontaires comme support de ce plan. Cependant,
considérant l'ampleur de l'engagement que nécessite ce volontariat, j'ai souhaité que ces volontaires
puissent être rémunérés.


Pour des raisons d'efficacité correspondant au lancement d'un plan expérimental, j'ai
décidé de proposer, dans un premier temps, uniquement aux agents de la fonction publique, actifs ou
retraités, de participer à cette réserve citoyenne. Je tiens à souligner que, comme le nom de la réserve
l'indique, il ne s'agit pas de faire appel à ces personnes en tant que fonctionnaires, mais en tant que
citoyens.


Cependant, ce plan est amené à évoluer. Dans le courant de l'année 2008, les
modalités de gestion de la réserve seront adaptées pour répondre au mieux à la demande. Le
recrutement des volontaires sera, à partir de ce moment, ouvert à toute personne qui, dans le cadre
d'un engagement privé, souhaite s'investir dans cette action.


Pour répondre aux questions posées par lamise en oeuvre de ce plan, je réunirai le
vendredi 26 octobre les organismes professionnels de formation.


Dans I'espoir d'avoir répondu à votre attente, je vous prie d'agréer, Madame,
Monsieur, l'expression de ma considération distinguée.


ALAIN RÉGNIER

_________________
Lucie Jandot

Lucie
Admin

Messages : 62
Date d'inscription : 10/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://flerhone.forumsactifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum