service régional de la formation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

service régional de la formation

Message  cricri le Dim 2 Mar - 23:58

FERC RHONE ALPES
FORMATION PROFESSIONNELLE et INSERTION
Les appels d’offres font des ravages, ils ne sont pas obligatoires !
La gestion régionale de la formation professionnelle et de l’insertion se plie à des exigences marchandes considérées comme incontournables. Nous avons déjà exprimé notre désaccord ; nous ne partageons pas cette analyse. Il est possible de faire autrement :
Depuis que l’ANPE et le Conseil Régional ont choisi d’appliquer la procédure des appels d’offres aux actions d’insertion, d’accompagnement et de formation professionnelle, les demandeurs d’emplois sont les premières victimes d’un bouleversement incompréhensible des prestations qu’ils reçoivent, les formateurs, les gestionnaires d’associations subissent une instabilité qui réduit à néant des années de travail sur le territoire visant à créer un tissu social de proximité pour accompagner efficacement des parcours de formation souvent difficiles.
Le système des appels d’offres met en effet en concurrence sans distinction des organismes importants avec des petites structures, des associations locales implantées sur un territoire avec des sociétés nationales voire européennes qui vont ensuite sous-traiter les actions sur place.
Des actions d’insertion sensibles comme l’alphabétisation se sont vues brusquement interrompues faute de financement, contraignant l’association à des « bricolages » pour ne pas laisser les stagiaires sans solutions.
Les missions locales perdent leur caractère spécifique d’accompagnement des jeunes en difficultés et se retrouvent en concurrence avec des organismes dont la mission est tout autre et c’est le sens de leur mission qui est remis en cause.
Alors que le conseil régional affiche une volonté de sécuriser les parcours professionnels et d’encourager l’emploi durable, le financement par appels d’offres introduit une précarité à plusieurs faces :
pour les demandeurs d’emploi, les jeunes, les personnes en formation qui perdent la sécurité de leur parcours d’accompagnement,
pour les professionnels qui voient leur projet régulièrement remis en cause et se retrouvent eux-mêmes en insécurité professionnelle,
pour la qualité du service rendu qui fluctue en fonction des actions retenues.
La gestion de l’accompagnement des jeunes, des demandeurs d’emplois et la formation professionnelle nécessitent, selon nous d’une réponse cohérente, pérenne, adaptée aux besoins des personnes concernées ce qui relève d’une logique de service public. Jusque dans les années 90, l’Etat et les collectivités territoriales ont conservé des responsabilités importantes quant à la prise en compte des besoins des demandeurs d’emploi.
Malgré des difficultés du fait de l’insuffisance de moyens qui étaient mis à sa disposition, le service public de l’emploi, souvent en sous-traitance ou en co-traitance avec le monde des associations, a su maintenir ou créer des réponses de proximité sur les territoires. En associant ceux qui partagent ses valeurs, il est nécessaire de créer un pôle public régional de l’emploi et de la formation qui permettra de construire de nouveaux modes de partenariat entre le service public et les acteurs de l’économie sociale. Les services publics existants comme l’AFPA et l’Education Nationale en seraient les piliers.
Cette démarche n’est pas en contradiction avec la nécessité d’évaluer les actions d’insertion et de formation et de vérifier l’adéquation des moyens engagés. Les fonds
publics engagés dans la formation et l’insertion, quand ils sont attribués à des organismes privés doivent fait l’objet du même contrôle que les fonds versés aux entreprises.
En conséquence, nous demandons aux élus régionaux de renoncer, dès le prochain budget, à l’utilisation de la procédure actuelle des appels d’offres et d’ouvrir le débat pour construire le réseau de formation professionnelle et d’insertion dont ont besoin les jeunes, les demandeurs d’emplois et les salariés.
La conférence régionale pour l’emploi s’est donnée comme perspectives :
- de grands objectifs de développement économique : emploi industriel et services publics
- la sécurisation des parcours professionnels
- la territorialisation, conçue comme un outil pour faire vivre cette politique.
La qualification des hommes et des femmes est un élément structurant de la politique régionale de l’emploi, les choix dans le domaine de la formation professionnelle sont imbriqués avec ceux du développement économique.
C’est pourquoi nous proposons qu’un volet « formation professionnelle » soit intégré à la conférence régionale annuelle pour l’emploi prenant en compte les objectifs fixés dans le PRDF : l’accès à la qualification et à l’emploi durable pour tous, la sécurisation des parcours, le dialogue social et la construction de l’outil régional nécessaire à cette politique.
Lise Bouveret
FERC CGT Rhone Alpes

cricri

Messages : 17
Date d'inscription : 22/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum